La 352e division d’infanterie a été formée en 1943 en France avec un encadrement issu d'éléments d'infanterie détruits en Russie. Elle a participé à la bataille de Normandie jusqu’à sa destruction en juillet 1944. Elle fut toutefois reconstituée et participa notamment à la bataille des Ardennes. Détruite à nouveau en mars 1945, elle fut reconstituée en "groupe de combat" et capturée à Darmstadt en mai 1945.

Le 15 mars 1944, sur l'ordre de Rommel, la 352e DI allemande est poussée vers la mer, afin de renforcer la 716e division d'infanterie allemande déjà en place. Ce mouvement semble passer totalement inaperçu des Alliés. L'information avait pourtant circulé dans le Haut Commandement allié, notamment dans la synthèse hebdomadaire du 21e Groupe d'armées daté du 3 mai 1944. La présence de cette division allemande à Omaha Beach sera de toute façon une mauvaise surprise pour les échelons opérationnels américains.

352nd_Infanterie-Division_logo.jpg

La division a été engagée au combat en Normandie, dès le début de la bataille le 6 juin 1944, jusqu'au tout début du mois d'août 1944.

Le 914e régiment de grenadiers était positionné, en juin 1944, sur le flanc gauche de laivision entre Isigny et Grandcamp.

Il a été mis à contribution en pleine nuit du 5 au 6 juin, du fait des largages de parachutistes dans le Cotentin.

L'éparpillement de certaines troupes aéroportées ayant pu faire croire à une attaque directe de Carentan.

Il est aussi intervenu sans succès à la pointe du Hoc contre les Rangers.

Il a fait retraite le 8 juin derrière Carentan mais ne participe pas à sa tentative de reprise, laissée à la seule 17e division de Panzergrenadiers SS.

Le 915e régiment de grenadiers formait, avec le bataillon de reconnaissance, le Kampfgruppe Meyer, réserve du 84e corps d'armée allemand du général (Generalmajor) Erich Marcks. L'unité avait été mise en alerte dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, afin d'intervenir depuis la région de Bayeux vers Carentan contre les parachutistes américains de la 101e division aéroporté US.

Au petit matin, à la nouvelle du débarquement amphibie, le contre-ordre fut donné. Les trois bataillons contre-marchèrent vers Bayeux, leur point de départ, toute la matinée du 6 juin. L'un des bataillons (II/915 IR) fut envoyé vers Omaha Beach(Colleville-sur-Mer) alors que le reste du Kampfgruppe était dirigé au Nord Est de Bayeux pour contre-attaquer la 50e division d'infanterie britannique qui commençait à percer le mince rideau défensif allemand. Malgré l'appui de dix Sturmgeschütz IIIG, la contre-attaque allemande, qui percuta les pointes offensives de la 231e brigade d'infanterie anglaises en sortie de plage, fut un échec.

Les Allemands se firent tailler en pièces, le Kampfgruppe Meyer étant anéanti. Le colonel Meyer fut tué, livrant aux Anglais sa carte d'état-major renseignée. Conséquence rapide, le PC de la 352e DI, positionné à Littry, subira dès le lendemain, un bombardement aérien.

À Omaha Beach, les soldats des 916e et 726e régiments de grenadiers occupaient les tranchées de quinze positions fortifiées appelées Wiederstandnest (Wn 60 à 74).

Ceux-ci contenaient six encuvements pour mortier, trente-cinq casemates, appuyés par une unité de lance-fusées (Nebelwerfer), des lance-flammes automatiques et quatre-vingt-cinq nids de mitrailleuses.

Le 916e régiment de grenadiers connut son baptême du feu le jour J de l'opération Overlord face aux 1re et 29e divisions U.S.

Les unités allemandes combattirent avec une efficacité redoutable, défendant les falaises surplombant la plage pendant plusieurs heures.

Elles causèrent des pertes sérieuses aux Américains, avant d'être finalement débordées autour de midi.

Le 916e régiment d'infanterie fut appuyé par le IIe bataillon du 915e régiment d'infanterie ainsi que par le bataillon du Génie 352 (352. Pioniere Abteilung) de la division, plus des Marder III du bataillon antichar (Panzerjägerabteilung) dans l'organisation de contre-attaques coûteuses.

Mais devant la pression américaine soutenue par l'aviation et l'artillerie de marine, le régiment du Colonel Goth dut se replier le 7 juin, dans l'incapacité de tenir les positions reconquises la nuit précédente à Colleville.

La conséquence de ces échecs fut la capture de Bayeux, intacte, dès le 7 juin 1944 par la 56e brigade d'infanterie Britannique, pratiquement sans combats.

La 352. ID enregistra plus de 1 000 pertes le jour du débarquement, soit environ 200 tués, 500 blessés et 500 disparus.

La 352e division d'infanterie se battit contre les Américains du Ve corps d'armée américain usant de toutes les ressources du terrain fournies par le bocage normand. Elle est notamment impliquée dans la défense des approches, puis de la ville de Saint-Lô. La guerre d'usure entreprise par les deux camps atteint particulièrement cette unité.

  • Du 6 au 16 juin, les pertes cumulées atteignent environ 3 000 hommes.
  • Les pertes du 6 au 24 juin se montent à 5 407 hommes.
  • Au 11 juillet, l'unité perd encore 2 479 hommes supplémentaires.
  • Au 25 juillet, 597 hommes de plus sont comptés pour perdus.

La 352e division d'infanterie contrôlait aussi les restes de plusieurs grandes unités autour de Saint-Lô fin juillet 1944:

  • Trois bataillons de la 266. ID.
  • Deux bataillons de la 353. ID
  • Un bataillon de la 30e brigade rapide (30. Schnelle Brigade qui avait été rattachée dès le 7, à la division)
  • Un bataillon de la 275. ID.
  • Un bataillon de la 343. ID.
  • Une batterie d'artillerie de la 343.ID.
  • Une batterie d'artillerie du bataillon Autun.

La division était en très mauvais état, lorsque le 30 juillet 1944, elle fut déclarée hors de combat (abgekämft). Cela signifiait que chaque bataillon disposait de moins d'une centaine d'hommes. Elle est retirée du front au début du mois d'août 1944.

La division est déplacée au sud-est d'Alençon pour être reconstituée. Mais elle ne dispose que d'une seule semaine de repos avant d'être rejointe par les pointes américaines issues de la percée d'Avranche (opération Cobra). Elle engage dès lors des actions retardatrices sur l'axe Le Mans - Dreux.

En septembre 1944, la division fut reconstituée par fusion avec la 581e division de grenadiers du Peuple en 352e division de grenadiers du Peuple (352. Volksgrenadier Division). Elle fit partie des unités impliquées dans la bataille des Ardennes du maréchal (Generalfeldmarschal) Von Rundstedt. À la suite de l'échec de cette contre-offensive, la 352e VGD fut employée en combats défensifs autour de Trèves et sur la Moselle. Elle y fut détruite une nouvelle fois à la mi-mars 1945. Seuls des débris franchirent le Rhin à Worms. Elle fut reconstituée une dernière fois en tant que Kampfgruppe et rendit les armes à Darmstadt en mai 1945.

L'unité est bâtie sur l'un des deux principaux modèles d'organisation de la division d'infanterie allemande en 1944, au même titre que la 353e DI allemande postée en Bretagne ou la 363e DI allemande. Elle comporte organiquement trois régiments d'infanterie, un régiment d'artillerie, plus des bataillons de complément (découverte, antichar, génie, transmissions, …). Au 1er mai 1944, son effectif est de 12 700 hommes, dont 7 300 combattants, ce qui est plus que convenable pour une grande unité allemande de l'époque.

Texte issu de Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/352e_division_d%27infanterie_(Allemagne)

Thèmes
Thèmes liés